Archives de l’auteur : sblanchard

Diffusion du film de Claude-Julie Parisot: « La forêt des fourmis » sur Arte

Le nouveau film de Claude-Julie Parisot « La forêt des fourmis » sera diffusé le 21 décembre 2023 sur Arte à 11h50 et sera disponible sur ArteReplay du 14 décembre 2023 au 19 mars 2024 au lien suivant :

https://www.arte.tv/fr/videos/107446-000-A/la-foret-des-fourmis/

L’intégralité du film est disponible ici : https://vimeo.com/849080281/24fe4f2ab1?share=copy

 

Compétition, conflits, mais aussi collaboration : une immersion dans les vies minuscules et intenses de cinq colonies de fourmis dans une clairière de la forêt amazonienne. 

L’immense forêt guyanaise abrite plus de neuf cents espèces de fourmis. Dans une petite clairière, perdue dans la montagne de Kaw, quatre d’entre elles s’activent, du sous-sol à la cime des arbres. À la nuit tombée, les Atta quittent leur fourmilière, creusée au beau milieu de la trouée de verdure. Pour nourrir les larves, ces cueilleuses de feuilles cultivent un champignon dans un réseau de chambres et de galeries qui s’enfonce sur plusieurs mètres dans le sol. Chaque jour, les ouvrières remontent à la surface les boulettes de terre sorties des nouvelles galeries excavées. À mi-hauteur des arbres qui bordent la clairière, les Camponotus et les Crematogaster sont, elles, des jardinières. Pour survivre, elles édifient leurs nids avec des végétaux mâchés et ramassent des graines qu’elles sèment à l’intérieur : un bouquet exubérant de tiges, de fleurs, de fruits qu’elles défendent âprement contre les mandibules de leurs voisines du dessous. Les Daceton vivent quant à elles en hauteur : leurs nids, implantés dans les cavités des troncs et des branches, serpentent à travers plusieurs arbres voisins. Elles chassent en bande les insectes qui se hasardent près de leurs logis. L’arrivée des écitons vient bousculer les quatre communautés. Grandes prédatrices, ces fourmis nomades et carnivores sont une menace permanente pour la petite faune de la forêt…
Compétition, conflits, mais aussi entraide entre membres d’une même colonie et collaboration entre les espèces : pendant trois jours et deux nuits, le documentaire suit les vies minuscules et trépidantes des fourmis de la jungle guyanaise.

Pour en savoir plus sur les différents films de Claude-Julie Parisot

Offre Assistant de Recherche : Effets des repères visuels sur la danse des abeilles (CRCA, Toulouse)

Mots clés : abeilles, danse en huit, navigation, communication, repères visuels, éthologie

Contexte et objectifs :

Les abeilles partagent des informations spatiales à travers une danse en huit. Ce comportement, unique dans le monde animal, est une opportunité exceptionnelle pour étudier la cognition animale insectes sans interventions de la part du scientifique. En particulier pendant le butinage, la danse sert à recruter d’autres abeilles pour exploiter en masse des sources de nectar/pollen/eau/etc. dans un environnement qui est souvent complexe. Les travaux antérieurs suggèrent que la danse communique une coordonnée. Cependant nous faisons l’hypothèse que ce langage est plus complexe car les abeilles 1) se nourrissent sur plusieurs fleurs réparties parfois sur des grands espaces, et 2) se servent de multiples informations visuelles (panorama, repères visuels) pour se retrouver. L’objectif du stage sera d’étudier les effets des repères visuels sur la danse des abeilles.
Le/la volontaire sera, selon ses disponibilités, amené à travailler sur le terrain (plusieurs hectares dédiés aux expériences dans les alentours de Toulouse) et à collecter des données à partir de vidéos.

Profil recherché :

Etudiant(e) de niveau licence ou master en biologie, écologie, éthologie ou proche de ces spécialités.

Les qualités requises sont les suivantes :
– Autonomie
– Sérieux et rigueur scientifique
– Grande motivation

Responsables : Joanna Brebner (Chercheuse postdoctorante) et Mathieu Lihoreau (Directeur de Recherche CNRS)

Lieu: Centre de Recherches sur la Cognition Animale (CRCA-CBI), Université Paul Sabatier, TOULOUSE (31000)

Début possible : Avril 2024 – Septembre 2024

Durée : 1 à 2 mois (non gratifié). Un stage plus long (gratifié) est également envisageable.

Pour candidater : Envoyer CV et lettre de motivation par email à Joanna Brebner
(joanna.brebner@univ-tlse3.fr)

Offre de Post-doc : Evolution, Epigenetics and Genomics and/or Behavioural Ecology of Social Insects (Johannes Gutenberg University of Mainz, Germany)

The Faculty of Biology, Institute of Organismic and Molecular Evolution, Department Behavioural Ecology and Social Evolution at the Johannes Gutenberg University of Mainz, Germany is looking for a Postdoctoral researcher / Junior Group Leader (m/f/d) in Evolution, Epigenetics and Genomics and/or Behavioural Ecology of Social Insects for up to 4 1⁄2 years.

Employment will be as a researcher (EG 13 TV-L, 100%) on a postdoctoral or junior group leader position, depending on the applicant’s experience and interest. We are looking for a collaborative early career researcher with a competitive publication record in the field of (molecular) evolution, genomics and/or behavioural ecology of social insects, preferably ants. Depending on prior experience, the position can be filled by a postdoc or a junior research group leader in order to establish a research team within the department. Applicants must hold a PhD and for group leader status, previous postdoctoral experience is expected. Knowledge of state-of-the-art molecular approaches including bioinformatics is important. The successful candidate should develop collaborative projects and participate in ongoing projects (e.g. on host-parasite coevolution, molecular regulation of division of labour and aging), including co-supervision of PhD students, and can pursue their own research projects. Fundraising and teaching experience are not required for the postdoctoral position, but are advantageous for the junior group leader, who should build an independent research group supported by extramural funding (e.g. DFG, ERC). The successful applicant is expected to make minor contributions to teaching in the new international Master’s programme in Evolutionary Biology and the GenEvo Research Training Group (https://www.blogs.uni-mainz.de/fb10-evolutionary-biology/research-groups/)

The research of the department composed of several international teams and headed by Prof. Dr. Susanne Foitzik, focusses on the (co-)evolution, behavioural ecology and epigenetics of social insects (https://www.blogs.uni-mainz.de/fb10-evolutionary-biology/research-groups/) and is part of the Institute of Molecular and Organismic Evolution iomE (uni-mainz.de). Scientific interactions with the other groups of the department and the graduate programme « Gene Regulation in Evolution » are expected. Our new JGU Biocentre I offers excellent research conditions with state-of-the-art laboratories for molecular genetics, chemistry, NGS sequencing and climate chambers for animal husbandry.

Johannes Gutenberg University Mainz is interested in increasing the proportion of women in science. Applications from female scientists are highly encouraged. Equally, preference will be given to qualified applicants with disabilities. Mainz University (https://homepage.uni-mainz.de/) is home to many excellent scientific institutions, including the Institute of Molecular Biology (IMB, www.imb-mainz.de), and Mainz is a historic city on the Rhine with many students and a rich social and cultural life (Landeshauptstadt Mainz: Portal page | Homepage).

Interested candidates should send an application (as a pdf attachment including CV, publication list, statement on research interests, and contact information of two possible referees) to foitzik@uni-mainz.de

Prof. Dr. Susanne Foitzik
Institute of Organismic and Molecular Evolution
Johannes Gutenberg University Mainz
Biozentrum
Hanns Dieter Hüsch Weg 15
D-55128 Mainz
Germany
Tel: +49 (0) 6131 39 27 840

Closing date for this position is 2nd of January 2024, online interviews will be held in January 2024, possible starting dates in the first half of 2024

Offre de CDD (18 mois) : Valorisation des données issues de l’observatoire des résidus de pesticides dans l’alimentation de l’abeille (ITSAP, Avignon)

Contexte et Objectif

L’Institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation (ITSAP) – Institut de l’Abeille a pour mission de concourir au développement de l’apiculture professionnelle française et d’être un appui technique à l’ensemble de la filière apicole. Les actions de l’ITSAP – Institut de l’Abeille sont réalisées en concertation étroite avec un réseau d’une dizaine d’Associations régionales de développement apicole (ADA) et groupements spécialisés nationaux. Pour plus d’informations sur http://www.itsap.asso.fr.

Depuis 2014, l’ITSAP-Institut de l’abeille anime et coordonne un réseau de ruchers observatoires dont l’objectif est l’acquisition de références sur la dynamique populationnelle et l’état de santé des colonies et sur les facteurs de stress (varroa, pesticides, diversité des pollens) auxquels elles sont exposées. Ces références sont actuellement organisées dans des bases informatiques et constituent des jeux de données que nous souhaitons analyser et valoriser auprès des acteurs de la filière apicole (apiculteurs, ADA, syndicats, recherche, Anses, …). La personne recrutée sera sous la responsabilité du responsable de la thématique stress chimique de l’ITSAP et travaillera en étroite collaboration avec une chargée de recherche de l’unité Abeilles & Environnement d’INRAE (UMT PrADE https://umtprade.fr/).

Missions

Vous serez chargé.e de :
– Consolider les bases de données.
– Produire une analyse descriptive de l’exposition des abeilles aux résidus de pesticides et de leur dynamique populationnelle.
– Décrire le risque associé à cette exposition à l’aide d’indicateurs de risque toxicologique ;
– Rédiger une synthèse descriptive des résultats.
– Produire des fiches de recommandations visant à améliorer la protection des abeilles dans les
systèmes de cultures étudiés.

Lieu et conditions

– Lieu : INRAE centre d’Avignon
– Employeur : ITSAP-Institut de l’abeille
– Responsable : Cyril Vidau
– Durée : 18 mois janvier 2024- juin 2025
– Salaire : selon expérience et grille salariale ITSAP
– Frais de déplacements dans le cadre de la mission pris en charges (conditions ITSAP).
– Déplacements (rares) à prévoir en France

Profil

– Niveau bac+5 (ingénieur, master) : écotoxicologie, agronomie, écologie, analyse de données
– Expérience requise en manipulation et gestion des données ainsi qu’en analyses statistiques et/ou modélisation avec le logiciel R.
– Très bonne capacité rédactionnelle et esprit de synthèse.
– Sens de l’organisation et de la planification. Fortes aptitudes au travail en équipe.
– Maîtrise de l’anglais scientifique.

Candidature : Les candidatures seront recevables dès novembre 2023, et ce jusqu’à ce que le poste soit pourvu.
Les dossiers de candidature comprendront un seul document (format .pdf) composé d’un CV et d’une courte lettre de motivation (1 page) incluant les coordonnées de 2 référents professionnels en mesure de donner un avis sur le candidat (enseignant, ancien employeur ou responsable de stage, y-compris hors formation). Les dossiers sont à envoyer par mail à :
Cyril VIDAU ; cyril.vidau@itsap.asso.fr
Maryline PIOZ ; maryline.pioz@inrae.fr

Offre de Master 2 : Etude de la relation abeille domestique/varroa/virus (INRAE, Avignon)

Structure et Contexte

INRAE (Institut National de Recherche pour l’Agriculture l’Alimentation et l’Environnement) est le
premier institut de recherche agronomique en Europe. Il mène des recherches au service d’enjeux de société majeurs.
L’Unité Abeilles et Environnement d’INRAE Avignon a pour objectif de promouvoir la recherche de solutions innovantes pour la protection des abeilles domestiques et la conservation des abeilles sauvages dans un contexte de transition agroécologique. La santé des colonies d’abeilles domestiques est fragilisée par un large cortège de menaces abiotiques et biotiques. Parmi ces dernières, l’acarien Varroa et les virus associés ou non au parasite contribuent fortement à l’affaiblissement des populations d’abeilles. Les dommages importants causés par le parasite Varroa sont attribuables à son mode de reproduction, dont l’efficacité est particulièrement liée à l’identification d’alvéoles de couvain sain permettant au varroa de réaliser son cycle de reproduction complet. Dans ce contexte, nous cherchons à explorer la possibilité pour le varroa de discriminer des larves saines de larves malades, en particulier dans le cas d’infections virales.

Missions principales

Dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par INRAE et d’une thèse ANSES – INRAE, nous
sommes à la recherche d’un(e) stagiaire pour une durée de 4 à 6 mois, dont les missions principales seront les suivantes :
– Analyse bibliographique du sujet de stage.
– Mise au point d’un protocole d’infection virale des larves en conditions naturelles.
– Mise au point d’un test de choix pour étudier les préférences d’hôtes du parasite varroa.
– Réalisation des expérimentations en laboratoire et sur le terrain (manipulation d’abeilles
vivantes).
– Analyses de données et rédaction.

Profil recherché

Qualités et profil requis :
– Formation en biologie, agronomie ou écologie (niveau BUT, M1 ou M2)
– Connaissances théoriques en pathologie, parasitologie et/ou éthologie
– Maîtrise de l’élaboration et de la mise en place de protocoles expérimentaux
– Connaissances pratiques en analyses bibliographiques
– Capacité à réaliser des expérimentations méticuleuses
– Connaissances en analyses statistiques (maîtrise du logiciel R)
– Rigueur scientifique et sens de l’organisation
– Aptitude au travail en équipe, autonomie et sens de la communication
– Absence d’allergie connue aux piqûres d’abeilles

Qualités appréciées :
– Expérience en apiculture

Lieu et conditions

Stage de 4 à 6 mois à partir de avril 2024. Stage basé à Avignon, dans les locaux d’INRAE, UR 406, Abeilles et Environnement (Domaine Saint-Paul – Site Agroparc, 84914 Avignon Cedex 9) et sur les sites expérimentaux autour d’Avignon.
Indemnité selon grille (environ 600 €/mois).

Modalités de candidature

Pour candidater, merci d’envoyer dans un fichier unique au format pdf un CV et une lettre de motivation, par mail à l’attention de Fanny Mondet (fanny.mondet@inrae.fr) et Tristan Durand
(tristan.durand@inrae.fr).
Les candidatures seront étudiées au fil de l’eau.

Pour plus d’informations, contacter : Fanny Mondet : 04 32 72 26 99

Offre de Master 2 : Stratégies de défenses comportementales face aux maladies du couvain chez l’abeille domestique (INRAE, Avignon)

Contexte

L’abeille domestique, Apis mellifera, est un exemple iconique d’insecte social à intérêt économique dont la santé des populations est menacée par les espèces invasives. Le parasite Varroa infeste les colonies d’abeilles domestiques depuis une quarantaine d’années, causant un affaiblissement des colonies et des pertes importantes pour l’apiculture. En tant que parasite obligatoire, cet acarien se reproduit dans le couvain, compromettant ainsi les futures générations d’abeilles et menaçant la survie des colonies. Certaines colonies ont cependant développé des défenses contre le varroa sous forme de comportements hygiéniques, qui limitent la croissance de population du parasite et confèrent à la colonie une immunité sociale.
Une étape clé dans la réalisation de ces comportements repose sur l’identification précise par les ouvrières effectrices de leurs congénères parasités ou à la santé altérée. Dans ce projet, nous proposons d’étudier quelles sont les caractéristiques physiologiques des ouvrières réalisant le comportement hygiénique. Il est pour cela nécessaire de mettre en place des stratégies d’échantillonnage d’individus réalisant ou non les comportements d’intérêts, en utilisant des approches innovantes d’éthologie.

Missions principales
Dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par l’ERC (European Research Council), nous sommes à la recherche d’un(e) stagiaire dont les missions principales seront les suivantes :

– Analyse bibliographique du sujet de stage.
– Mise au point de protocoles d’observations comportementales en conditions naturelles et semi-contrôlées.
– Réalisation des expérimentations en laboratoire et sur le terrain (manipulation d’abeilles
vivantes).
– Analyses de données et rédaction.

Profil recherché

Qualités et profil requis :
– Formation en biologie, agronomie ou écologie (niveau M2, possibilité de poursuite en thèse)
– Connaissances théoriques et pratiques en éthologie et écologie chimique
– Maîtrise de l’élaboration et de la mise en place de protocoles expérimentaux
– Connaissances pratiques en analyse bibliographique
– Capacité à réaliser des expérimentations méticuleuses
– Connaissances en analyses statistiques (maîtrise du logiciel R)
– Rigueur scientifique et sens de l’organisation
– Aptitude au travail en équipe, autonomie et sens de la communication
– Bonne compréhension orale en anglais
– Absence d’allergie connues au piqûres d’abeilles

Qualités appréciées :
– Expérience en apiculture

Lieu et conditions

Stage de 6 mois à partir de mars 2024.
Stage basé à Avignon, dans les locaux d’INRAE, UR 406, Abeilles et Environnement (Domaine Saint-Paul – Site Agroparc, 84914 Avignon Cedex 9) et sur les sites expérimentaux autour d’Avignon.
Indemnité selon la rémunération en vigueur pour 2024 (environ 600 €/mois).

Modalités de candidature

Pour candidater, merci d’envoyer dans un fichier unique au format pdf un CV et une lettre de motivation, par mail à l’attention de Fanny Mondet (fanny.mondet@inrae.fr). Les candidatures seront étudiées au fil de l’eau.

Pour plus d’informations, contacter : Fanny Mondet : 04 32 72 26 99