Offre de stage : Etude des réseaux d’interactions plantes-pollinisateurs dans les agro-écosystèmes (Polynésie française)

Ce stage s’inscrit dans le cadre des activités du 11è FED régional du Pacifique, dont le thème est la transition agro-écologique et le développement de l’agriculture biologique dans les PTOM. Les systèmes de production agricole polynésiens évoluent et la Direction de l’agriculture de Polynésie française (DAG), dont l’une des missions est de favoriser le développement économique de l’agriculture en contribuant au renforcement des capacités de production durable, souhaite accompagner cette conversion vers une gestion durable des agro-écosystèmes.
Actuellement, la Polynésie française compte quelques 570 apiculteurs répartis sur 48 îles dans les 5 archipels, possédant un total de 13 400 ruches, pour une production annuelle de miel estimée à 200 tonnes en 2019. Une étude de 2016, commandée par le service de l’agriculture polynésien et réalisée par le GNS Science International de Nouvelle Zélande, a permis de mettre en évidence le potentiel d’expansion de l’apiculture locale à travers une meilleure connaissance des ressources mellifères des différents archipels.

La connaissance des plantes mellifères présentes dans les différents milieux participe notamment à :L’orientation du choix d’emplacement des ruchers ;
Une meilleure conduite apicole (anticipation des miellées et du calendrier de travail, bonne gestion du nourrissement, etc) ;
La valorisation de la diversité de miels issue de ce patrimoine naturel riche.
Par ailleurs, la durabilité de filières végétales des PTOM, notamment la coprahculture et le maraîchage, est tributaire des pollinisateurs.

Or, si l’abeille dite « domestique » (Apis mellifera) est devenue emblématique de la pollinisation, il existe à l’échelle mondiale pas moins de 20.000 espèces d’abeilles sauvages et bien d’autres espèces animales qui participent à ce service écosystémique indispensable. À ce jour, les données sur la présence de ces espèces et leurs interactions avec les espèces végétales en Polynésie française sont très peu nombreuses. Or ces données sont indispensables dans la détermination de mesures favorisant le service de pollinisation, mais aussi pour favoriser une apiculture plus résiliente et respectueuse des écosystèmes naturels à travers une implantation raisonnée des ruchers.
Le stage vise à augmenter les connaissances sur les réseaux de pollinisation dans les agro-écosystèmes du Pacifique Sud, en particulier de Polynésie française. Il contribuera également à poursuivre l’inventaire de la flore mellifère et à acquérir des connaissances pour une meilleure évaluation du potentiel mellifère des paysages.

Missions et activités en 3 volets :
1. Une revue bibliographique et la mise au point de protocoles d’étude adaptés ;
2. La mise en oeuvre des protocoles et le suivi des expérimentations in situ ;
3. Le transfert et la diffusion des résultats auprès de différents publics (apiculteurs/agriculteurs, administrations, associations, étudiants, privés…).

Forte Importance des Déplacements et du travail de terrain entre différents archipels (pris en charge par le stage)

Durée stage: 6 mois – à partir septembre 2021

Profil :

  • Etudiant de master ou école d’ingénieur (BAC +4 ou +5) en biologie/écologie/agro…
  • Compétences en SIG et utilisation de logiciel statistique (R)
  • Bases solides en écologie, entomologie et/ou botanique
  • Apte au travail de terrain
  • Sens de l’observation
  • Autonomie, rigueur et organisation
  • Permis B

Laisser un commentaire